mardi 16 décembre 2008

P'tain à glace


J'aime pô le patin à glace....

Les patineurs sur glace sont toujours affublés de costumes grostesques et affichent tout aussi systématiquement une mine réjouie, manquant de la moindre once de naturel, tout au long de leur prestation glacière...

Ca doit faire partie de la notation : "le sourire n'était pas assez crispé, Fwance, -1 poïnt"
Je sais pas si tu as remarqué mais, même quand il découvrent leur note, qui les déçoit, forcément, les patineurs s'efforcent de garder leur air réjoui de pacotille... Ca m'agace!...

Celà dit, je les admire profondément. En silence, et du plus loin que je peux, mais sincèrement, je les admire. Tant qu'on ne me force pas à les regarder faire...

Non, pasque moi, les patins à glace, je t'en ai déjà touché deux mots, c'est clairement pas mon truc. Les patins tout court d'ailleurs. Tu me mets des roulettes en dessous que je fais pas plus le fier.

J'ai un sens de l'équilibre proche du néant, ma grande taille ne m'aide d'ailleurs pas spécialement... Et puis surtout, quand je tombe, c'est de plus haut!

La première fois que j'ai fait du patin à glace, j'étais en camp de ski, à Gérardmer. La patinoire était en plastique. Eh oui, il y a des patinoires en glace, d'autres en plastique. Y'en a moins, pasque ça glisse moins bien, mais pour les petites villes de province, c'est pratique, ça doit être moins cher à entretenir, et c'est beaucoup moins froid, accessoirement.
Face à mes appréhensions de novice, au moment de m'inscrire ou pas pour la sortie patinoire, mes copains m'avaient dit "allez, viens, t'en fais pas, on te montrera comment faire, c'est pas sorcier" Confiant, je m'étais inscrit. Sitôt sur la glace, tout ce petit monde était alors parti virevolter, oubliant les belles promesses... Je restai alors comme deux ronds de flan, à essayer tant bien que mal d'avancer.... simplement d'avacer. En vain.

On m'avait dit aussi qu'il fallait faire gaffe en cas de chute, car si d'autres patineurs me passaient sur les doigts, je pouvais y laisser mes précieux appendices...
Tout pour me mettre bien en confiance en somme.
Puis il y eut la chute qui vint s'ajouter à la désillusion. Alliée à l'absence de plaisir, c'en était trop. Je devais me promettre, en sortant de la patinoire, de n'y plus jamais revenir...

Et j'ai bien failli m'y tenir! Jusqu'à l'échange franco-allemand en 1ère... Une semaine passée à Stuttgart, avec les correspondants qui nous organisaient plein de sorties, dont une, bien entendu, à la patinoire. Impossible de refuser. Même appréhension, mêmes confidences aux copains, et même promesses.... Et puis, là c'était une patinoire en glace, on allait voir ce qu'on allait voir!

Et puis finalement, la même désillusion aussi, à laquelle s'ajouta une chute dont la réception, en plus d'être beaucoup plus froide qu'à Gérardmer, fut aussi plus violente, paume des mains à angle droit avec l'avant-bras et une méchante douleur dans toute cette partie, pourtant bien utile, de mon membre supérieur droit.
J'ai testé le service de radiologie d'un hôpital germanique. J'ai eu un gros bandage avec des compresses de synthol.... Et je me suis promis, mais alors promis, qu'on ne m'y reprendrait plus....

Au delà des patinoires, y'a un autre domaine où je brille par mon absence de capacités, c'est l'altitude! J'ai un de ces vertiges, je te raconte pas. Un parcours du combattant comme celui là, même dans mes cauchemars, je l'avais jamais imaginé (thanks pour le lien, Dan!):



C'est un sentier à flanc de falaise dans le parc naturel des "Los Ardales"
près de Malaga dans le sud de l'Espagne. Ce "caminito del rey" réalisé en
1901 pour les besoins de la construction d'un barrage fait à peine 1m de
large et surplombe le vide de plusieurs centaines de mètres par endroit. Ce
camino est tombé dans l'oubli depuis ce temps et tombe en lambeaux. Il est
cependant devenu le lieu des adeptes du vertige mais à leurs risques et
périls.

4 intrépides y ont laissé leur vie en 1999/2000.
La vidéo qui vous est offerte prise par un équilibriste professionnel
agrémentée d'une musique adéquate nécessite de bien s'accrocher à son siège
pour que vous puissiez en .....revenir et qui sait en faire un jour la
promenade.

6 commentaires:

Homéo a dit…

waouhhhhh ça fait trop peur ton chemin de la mort qui tue!
je vais faire des cauchemars moi maintenant!
Et pour la patinoire je compatis :)

Yibus a dit…

extraordinaire vidéo... Scotché pendant 6'26... Suis content, j'en suis ressorti vivant. Mais jamais je le ferai, même en accrochant le mousqueton au fil d'acier.

Le gars, la prochaine fois ,il devrait essayer avec des patins à glaces, histoire de corser un peu l'affaire.

Arty a dit…

T'as remarqué que ma gardienne elle a piqué le ballon de ta bannière pour la mettre dans sa loge ?

Sinon j'ai une bonne nouvelle : il y aura une patinoire installée devant l'hôtel de ville le 20 Décembre ! Tu vas pouvoir t'entraîner ! C'est-y pas chouette ?

Fab-Fab a dit…

@ Homéo : merci pour la compatissure, c'est sympa!

@ Yib : même avec baudrier et double ration de mousquetons, je pourrais pas, juste pas!

@ Arty : ouais, ta gardienne m'a chouré mon ballon, j'ai bien vu! Je comprends que tu l'aimes pas! Au fait, t'es sûre qu'elle lit pas ton blog au moins??

Pour la patinoire, ils en mettent une devant la mairie de Vincennes aussi, au besoin, c'est plus près, mais de toute façon, j'irai pas d'abord! :-P

ariana a dit…

bon, la video, euh, pas trop, là.
Merci quand même, ça m'a fait sortir de mon trou.

Figure-toi que j'ai appris à ma fille à patiner dimanche dernier et que j'ai vraiment, mais vraiment eu envie de m'y remettre. Évidemment, comme je suis Five Two, mes jambes sont moins grandes que les tiennes, je vais probablement aussi vite en patinant que toi en marchant. Trop injuste, hein, Caliméro!

pyrrha-Na a dit…

nan mais ils sont malades les gens !
rien qu'à voir la vidéo, j'avais le vertige !
sinon, on dirait moi : j'suis grande, j'ai le vertige, et un sens de l'équilibre déplorable. et puis je me cogne partout aussi. et je casse beaucoup de choses.
la dernière en date : une lampe en porcelaine, pfiouou..