mardi 18 novembre 2008

Kiss and drive...


Le Nebraska, un nouvel Eldorado??

On peut le conclure en tous cas, si l'on en croit l'affluence de parents venus de tous le pays dans cet état, heureusement central, des Etats-Unis d'Amérique.

La raison?? Ce n'est pas seulement parce qu'il y fait bon vivre, quoi qu'en disent les panneaux! Une loi vient surtout d'être votée pour réduire le nombre d'avortements...

Car oui, tu l'auras compris, lecteur, le gouverneur du Nebraska est républicain, progressiste, et tout le tintouin. Donc, la bonne solution qu'ils ont trouvée, au Nebraska, pour limiter les avortements, c'est de légaliser l'abandon des bébés!
Des bébés, que dis-je? Des enfants! En effet, aucune limite d'âge n'a pour l'instant été stipulée dans l'article de loi.
Si bien qu'en quelques jours, près d'une quarantaine d'enfants de tout le pays se sont faits parachuter dans le Nebraska, et parmi eux quasiment pas de bébés!

La majorité des enfants abandonnés est constituée d'adolescents, dont un garçon de 15 ans et une fille de 17....

Gageons qu'une révision va intervenir rapidement pour fixer un âge maximum de la "progéniture abandonnable"... En attendant, ça risque de faire un peu désordre dans les rues de Lincoln ou d'Obama - oh le lapsus - pardon (!), d'Omaha, toutes ces cohortes de mômes désoeuvrés... Je doute que ces Poulbots des temps modernes puissent répandre un air de folklore montmartrois dans les villes de l'état....

Et quelles sont les mesures prises, sur place, pour prendre en charge les enfants abandonnés, sans ressources et certainement bien choqués?? Je n'en sais rien, moi, mais le gouverneur n'a pas manqué d'intervenir télévisuellement pour demander aux gens de ne pas abandonner leurs ados. Je le cite en substance : "on a tous élevé des adolescents, ils peuvent être parfois pénibles, mais ce n'est pas une raison, il ne faut pas les abandonner"... Merci, monsieur le gouverneur!

Même si, j'imagine, les parents qui abandonnent majoritairement leurs enfants le font par faute de moyens, le raisonnement des élus du Nebraska est étrange. Pourquoi vouloir à tout prix que les enfants voient le jour en stigmatisant l'avortement si c'est pour n'avoir qu'une vie initialement et intrinsèquement merdique à leur offrir??

Eloï, Eloï lama sabaqthani?

Comme l'eût dit Philippe Meyer en d'autres temps : "mesdames messieurs, je vous souhaite le bonjour, nous vivons une époque moderne!"

Bon, ben je crois qu'une chanson s'impose, présentement... Alors, je sais, je vous ai déjà soumis du Springsteen, mais c'était juste pasque j'aimais bien. Là, j'aime toujours bien, mais en plus, c'est circonstancié!



7 commentaires:

plumevive a dit…

alors là, j'ai tout simplement du mal à y croire...

Fab-Fab a dit…

ben... désolé, mais c'est même pas un poisson d'automne! j'en veux pour preuve la dépêche AFP, gage de sérieux s'il en est!...

pyrrha-Na a dit…

moi j'ai vu le reportage de fr ance 2, pour une fois que je regardais...
y sont fous ces 'ricains !

Yibus a dit…

Précision dans le billet du jour de richard Hétu, correspondant de la Presse (journal québecquois) à Washington.


Le Nebraska et votre ado en crise

Le Sénat de l’État du Nebraska a entrepris hier de corriger une situation tragi-comique dont a traité mon collège de La Presse Pierre Foglia dans sa dernière chronique. Je cite un extrait de son papier :

Depuis le début des années 2000, les 50 États américains se sont dotés d’une Safe Haven Law, un refuge où les mamans qui ne veulent pas de leur bébé peuvent l’abandonner, no question asked, tu sonnes à la porte, tu donnes la chose vagissante à la dame qui est là, tiens madame, j’en veux pas. Et tu t’en vas.

Dans une quinzaine d’États, pour être accepté, le nouveau-né doit avoir moins de 72 heures. Dans l’État de New York, l’enfant ne peut pas avoir plus de cinq jours, une semaine en Illinois, deux semaines en Virginie, un mois dans une autre quinzaine d’États dont le Vermont et le Maine, on comprend que ce sont essentiellement des refuges pour nouveau-nés qui, dans la plupart des cas, seront donnés en adoption.

Le Nebraska est le dernier État à avoir adopté une Safe Haven Law, en juillet dernier. Mais c’est aussi le seul État qui a oublié de fixer un âge limite.

Les conséquences de cet oubli sont assez stupéfiantes : presque la totalité des 34 enfants abandonnés dans le refuge officiel du Nebraska depuis juillet ont plus de… 10 ans !

Selon une mesure qui a franchi une première étape hier, le Nebraska fixera à 30 jours l’âge limite des enfants qui peuvent être abandonnés par leurs parents dans le refuge officiel de l’État. Vous songiez à larguer votre ado en crise? Faites vite avant le changement de la loi!

Fab-Fab a dit…

@ Yib : merci pour ces précisions! Petite question technique néanmoins, de la part du béotien que je suis à l'adresse de l'homme d'âge mûr, respectables (quoique...) et surtout expérimenté que tu es : quand on te drop un marmot à l'improviste, dans les bras, alors que tu n'as rien demandé, comment tu fais pour savoir si le lardon a moins de 72h, ou bien s'il en a 127 ou 253?? Tu vas lui dire, à la mère larguée : "excusez moi mademoiselle, mais en vertu de l'article 197-3 alinéa 42 de la loi du 13 février 1994, votre progéniture étant, à mon humble avis, âgée de 196 heures, je ne puis laccepter : la limite d'âge maximale étant de 72 heures et 17 minutes.... Merci de bien vouloir le reprendre, l'élever, et lui offrir une situation satisfaisante pour sa vie future...

Yibus a dit…

I don't know (peut-être qu'il marche).
De toutes façon,s au-delà de la limite de 72h, votre ticket n'est plus valable...

(ton titre est assez terrible, aussi)

Fab-Fab a dit…

@ Yib : thanks dude!